par François Thiry

La seconde journée de conférences était consacrée à la ville européenne. Par une heureuse coïncidence, Marianne Brausch (Fonds Kirchberg) et Markus Hesse (Université du Luxembourg) ont tous deux choisi de nous parler du Plateau du Kirchberg, dressant un tableau à la fois descriptif, critique et prospectif de ce quartier éminemment « international » de la capitale luxembourgeoise. Michele Brunello, associé du bureau Stefano Boeri Architetti de Milan, a ensuite présenté un projet audacieux sur le thème de l’alimentation durable et des jardins planétaire pour l’Expo 2015 à Milan. Le contraste entre l’utopie positive de l’architecte milanais et l’exposé de Wouter Vanstiphout était saisissant, et n’a pas manqué de susciter la discussion.

En effet, le thème abordé par le professeur à l’Université de Delft n’était autre que la violence urbaine, les émeutes principalement en France, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, dans leur relation de causalité éventuelle avec les grandes opérations de planification et de restructuration urbanistiques depuis l’après-guerre. Un discours à la fois teinté d’ironie et légèrement alarmiste qui n’a pas manqué de chauffer une salle que l’on a senti conquise par la qualité et le niveau des débats.

La conférence se poursuivait tout l’après-midi et se termine au terme d’une troisième journée qui s’annonce passionnante ce samedi, toujours à la Fondation de l’Architecture à Luxembourg-Hollerich.

Illustration (c) Wouter Vanstiphout